04/09/2017

Prévoyance vieillesse : à la recherche du graal ?

La durée de vie du projet Prévoyance 2020 fait l’objet de toutes les interrogations. En effet, il serait étonnant que les différentes solutions techniques proposées répondent d'emblée aux besoins de la société. Etant donné sa complexité, cette réforme doit être considérée, par définition, comme provisoire et perfectible dans le temps.

Il faut abandonner l'idée qu'une institution sociale aussi vitale que les pensions de vieillesse pour le bon fonctionnement de notre société  - au sein de laquelle les relations humaines changent en permanence - puisse rester figée pendant une longue période de temps. L’important sera, une fois la réforme adoptée, de commencer immédiatement réfléchir au mécanisme qui pourrait accompagner le système en fonction des besoins des citoyens afin d'assurer que les révisions nécessaires seront effectuées en temps opportun.

En effet, les groupes de population directement concernés par les mesures prises en matière de pensions sont trop nombreux pour qu'on puisse trouver dès le départ un équilibre optimum. Mises à part les grandes divisions entre jeunes et vieux, actifs et inactifs, hommes et femmes, employeurs et employés, il existe des sous-catégories parmi certains groupes : par exemple mariés et célibataires, travailleurs à plein temps et à temps partiel. Il faudra du temps pour que les intérêts conflictuels entre ces groupes puissent trouver une solution dans le cadre d'une discussion démocratique. Le projet contient déjà un certain nombre de propositions, par exemple pour différentier entre bénéficiaires actuels et rentiers futurs ou pour mieux assurer les bas salaires par l'abaissement du seuil d'accès à la prévoyance professionnelle. Il n'y aura donc qu'à poursuivre dans cette voie.

Dans l’immédiat, il faut retenir que le projet mis en votation représente une solution au moins temporaire aux problèmes urgents des pensions. Il touche l'ensemble du secteur des prestations de vieillesse et il est le résultat d'un compromis librement consenti par les principaux partenaires sociaux. Pour toutes ces raisons, il convient de voter OUI.

08:34 Publié dans Société | Tags : prévoyance, rentes, vieillesse, votation | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

20/05/2015

Le Musée : institution démocratique par excellence

Le Conseil municipal de la Ville de Genève a amorcé hier un débat-fleuve sur l’extension du Musée d’art et d’histoire. Après la première soirée de prises de parole, on a tour à tour entendu des plaidoyers pour la concertation avec les associations de défense du patrimoine, des dissertations sur les coûts projetés de la construction, des opinions sur l’esthétique du futur bâtiment, des arguties juridiques sur la convention, des panégyriques pour certain architecte, alors que tel autre était voué aux gémonies et une théorie sur la « gouvernance » de projet. Mais de la raison d’être d’un musée, pas un souffle.

Et pourtant, le musée remplit, dans notre société kleenex,  une fonction tout à fait particulière. C’est le lieu où tout un chacun, sans distinction de race, de sexe, d’âge ou encore d’origine sociale, a accès à la culture. Cela veut dire que le musée permet de découvrir sa propre culture et celle d’autres civilisations, de mettre en perspective les données du présent de comprendre les enjeux, d’éclairer le futur.

Mais si le musée est un lieu de diffusion des savoirs, c’est aussi un lieu où l’on se fait plaisir. On peut y aller simplement pour contempler des œuvres d’art qui nous font du bien à l’âme, sans autre forme de réflexion. Cela aussi fait partie des missions d’un musée.

Peut-être le projet soumis au vote du Conseil municipal n’est-il pas parfait, quel projet l’est ? Mais il est seul à même d’assurer que cette institution démocratique par excellence qu’est le MAH puisse poursuivre, pour les décennies à venir, ses multiples missions. Celles-ci participent du bien commun pour lequel les élus doivent s’engager. 

08:22 Publié dans Genève, Société | Tags : mah, musée | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

22/02/2015

A chaque institution sociale, sa mission

Depuis leur origine, les allocations familiales font partie des institutions sociales établies dans le cadre de la protection sociale au sens large du terme. Elles ont été créées dans le but d'aider matériellement les familles à remplir leur fonction centrale dans la société, à savoir élever (si possible correctement) les enfants et garantir ainsi la pérennité de celle-ci. Cette mission devrait être préservée, voire même protégée, de l'interaction d'autres institutions sociales.

 

Le système fiscal est l'une de ces dernières. Son objectif est d'assurer une participation équitable des citoyens au financement du coût de fonctionnement des infrastructures publiques créées par la société. Dans la mesure où les prestations en espèces de la sécurité sociale constituent le revenu social d'une personne, la question se pose: ce revenu est-il taxable ou non? Selon les pays et les systèmes en vigueur, des réponses diverses sont données à cette question, toutes dictées par les préoccupations politiques et financières des gouvernants à un moment donné, et de savants calculs servent à démontrer qui sont les gagnants et les perdants de l'une ou de l'autre des solutions proposées.

 

Ce procédé a pourtant un grand défaut. Tous ces calculs d’apothicaire social sur les transferts de revenu entre différentes catégories de la population, par définition à court terme, sont incapables de prévoir le comportement des gens à moyen et long terme, car celui-ci dépend de nombreux facteurs, pas forcément économiques. Et comme on le sait depuis longtemps, pour qu’une institution sociale spécifique ait un sens, il faut qu'elle reste fidèle à son objectif de départ. Toute confusion dans la perception des buts de nos institutions ne peut que nuire à leur efficacité. Laissons donc les allocations familiales et les systèmes fiscaux remplir leurs missions respectives, sans chercher à créer la confusion dans l’esprit du citoyen. Pour cette raison, il est juste que les allocations familiales soient défiscalisées.

12:18 Publié dans Société, Suisse | Tags : allocations familiales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |