04/06/2013

Faut-il dire «bravo !» ou juste «ouf !» ?

Le service de la promotion économique (SPEG) a présenté aujourd’hui ses résultats 2012. Sans surprise, le nombre de sociétés locales conseillées et suivies a augmenté. Crise économique européenne, franc fort, incertitudes juridiques et fiscales y compris en Suisse sont autant de turbulences qui ballottent les entreprises. Comme le Conseiller d’Etat Pierre-François Unger l’a fait remarquer, si Genève ne s’en sort pas mal, c’est grâce à la diversification de son tissu économique (tous les secteurs économiques ne vont pas mal en même temps). Et de souligner que, depuis 2007, date du début de la crise, de nouveaux emplois ont été créés chaque année, même si dans une proportion faible : +1,4% en 2012.

On peut être heureux de cette situation. Mais faut-il s’en satisfaire ?

En 2012, seules 23 entreprises étrangères se sont implantées dans le canton. Le franc fort en est l’une des principales causes. Mais quand on voit que seul 8,8% du budget de la promotion est affecté à la promotion exogène (c’est-à-dire à convaincre des entreprises étrangères de s’implanter chez nous), il est permis de se demander si on ne s’est pas tiré dans le pied…

Ce coup de frein date de l’époque où des voix ont commencé à s’élever contre une soi-disant crise de croissance, censée être illustrée par les bouchons et la raréfaction des logements. Mais en réalité, il y a bien assez de facteurs qui se chargent de donner ce coup de frein : niveau des salaires, taux de change…

Il ne faut avoir ni honte ni peur de faire une vraie promotion à l’étranger, car la diversification du tissu économique est un ouvrage cent fois remis sur le métier et composé d’innombrables fils. Nous ne pourrons faire croître et embellir activités actuelles et secteurs prometteurs tels que les cleantech en comptant sur la seule créativité locale, même pétillante. Une promotion exogène bien comprise – en priorité sur les domaines où des synergies avec des entreprises existantes sont possibles – doit faire partie de la trousse à outils économiques de ce canton.

16:21 Publié dans Economie, Genève | Tags : promotion économique, speg, exogène, franc suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

28/04/2013

Optimisation fiscale ou imposition acceptable?

Récemment soulevée dans le contexte de la croisade contre les paradis fiscaux, cette question n'a provoqué que la réaction défensive de quelques avocats d'affaires. Cependant, elle mériterait une réflexion plus approfondie.

 

Il faut sans doute commencer par s’interroger sur le problème de fond, à savoir où l'optimisation se transforme-t-elle en évasion fiscale. Question à laquelle il est fort difficile de répondre tant il paraît évident qu'il s'agit d'une zone brumeuse où les définitions sont plutôt contextuelles: autrement dit, tout dépend des circonstances.

 

Quant à la zone claire de l'optimisation, c’est-à-dire l'activité parfaitement légale qui consiste à tirer parti de la connaissance de la loi pour avantager le contribuable, on peut difficilement la critiquer. Le législateur n'a qu'à améliorer les textes pour resserrer les mailles d'un filet se prêtant à un usage que d'aucuns peuvent qualifier d'abusif. En fait, le problème se pose plutôt au plan de l'égalité des citoyens: le conseil avisé coûte cher et n'est donc pas à la portée de tout le monde.

 

Reste donc le problème de la zone d'ombre qui donne lieu à de vrais abus. Dans ce domaine, il ne s'agit pas de préciser l'une ou l'autre loi. La frontière entre une activité légitime et une action illégitime est circonstancielle –c'est aussi l'intention du contribuable ou de son conseiller qui compte. Mais il est inutile de faire des procès d'intention. 

 

La réponse est donc à trouver dans l'amélioration de l'ensemble du système fiscal, qui doit rechercher l'adéquation entre le montant des contributions et les moyens d'existence des contribuables. Ainsi, c'est une refonte complète qui doit être entreprise pour rendre cette fiscalité non seulement équitable, mais aussi acceptable – c’est-à-dire reconnue comme juste - pour la majorité des citoyens. La tâche sera ardue car le succès dépend de la crédibilité du Gouvernement et de sa détermination à agir dans l'intérêt de l'ensemble de la collectivité, tenant compte du fait que les mesures les plus populaires ne sont souvent pas les plus efficaces.

18:51 Publié dans Economie, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

10/04/2013

La politique de l’autruche ne résout pas les problèmes

L’édito de la Tribune de Genève du jour m’estomaque. Ainsi, le projet-pilote de vidéoprotection aux Pâquis est qualifié de « gadget de luxe qui vise à rassurer ». Après ce titre péremptoire, l’auteur explique – correctement – que, selon les études, les lieux et les moments, de tels systèmes fonctionnent un peu, beaucoup ou pas du tout. Et relève – toujours correctement – qu’il faut évidemment des policiers disponibles pour intervenir sitôt une infraction constatée.

Parce qu’il n’y a pas de certitude, est-ce alors une raison pour ne rien faire ? Clairement non !

Qui aurait pensé, il n’y a encore que 4 ou 5 ans, que la sécurité deviendrait l’un des aspects dont il faut se soucier lorsqu’il s’agit de rendre Genève attrayante pour les entreprises ? Les touristes sont la cible privilégiée des voleurs, comme c’était le cas à Sao Paolo il y a 15 ans. La différence avec des endroits qui se sont fait une réputation pour leur taux de délinquance, tels St Denis ou le Bronx, c’est qu’on peut éviter ces quartiers, alors qu’à Genève, c’est le cœur de la cité qui est touché (p. ex. place du Molard). Sans surprise, la sécurité est désormais un facteur négatif pour certains organisateurs de congrès qui envisagent de tenir leur évènement à Genève. Plus généralement, les commerçants redoutent les braquages avec violence, aux conséquences humaines non négligeables, nombre de victimes se retrouvant souvent à l’AI à la suite d’un tel traumatisme. A l’autre extrémité de l’échelle des crimes commis, le vandalisme de l’outil de travail (fourgonnettes ou vitrines taguées ou abimées), humainement sans gravité, n’est pas couvert par les assurances, et engendre des frais qui finissent par être conséquents.

La sécurité est un excellent exemple de comment Genève, à force de se reposer sur ses lauriers et de penser que ses atouts étaient intangibles, a réussi à laisser s’évaporer ce qui était l’une de ses marques de fabrique… Je me souviens encore, lors de mes débuts au Conseil municipal, comment un élu de gauche a rétorqué à l’une de mes interventions sur la sécurité que c’était la droite qui créait l’insécurité en en parlant !

Donc, à la question « faut-il consacrer 3,9 millions à un outil dont l’efficacité est incertaine ? », la réponse est oui : on essaie d’abord, on tire un bilan ensuite.

13:44 Publié dans Genève, Humeur | Tags : sécurité, vidéoprotection, vidéosurveillance | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |