06/04/2017

Ne laissons pas notre liberté nous filer entre les doigts



aéroport 3.jpgLe succès de l’aéroport inquiète. « Cointrin : l’envers de la médaille » titrait hier l’édito de la Tribune de Genève. On s’attendait à lire les craintes des riverains mais on découvre en fait qu’un parallèle est dressé entre la facilité qu’il y a à faire un saut à Barcelone et la désertion des magasins de sport d’hiver.

Le constat n’est sans doute pas dénué de pertinence mais est-ce la bonne conclusion qui est tirée ? Faut-il donc, pour préserver les commerces locaux, empêcher les gens de se déplacer où et comme bon leur semble ? L’Etat a déjà décidé de nous faire manger moins salé, moins gras, moins si, plus ça ; il va bientôt décréter que nous devrons limiter nos horizons à notre arrière-cour. Quelle société exaltante cela nous promet ! C’est peut-être crétin de voler jusqu’à Barcelone pour n’y passer que quelques heures mais si c’est mon choix, cela ne regarde personne et l’Etat moins que quiconque ! On peut rationaliser tant qu’on veut, mais le moment est proche où il faudra se remémorer les vrais choix auxquels nous sommes confrontés : voulons-nous une société où l’individu est libre de ses choix, oui ou non ?

Plus terre à terre, mais tout aussi inquiétante, l’équation proposée « moins de vols – plus de monde dans nos commerces » est illustrative d’une tendance fort répandue en ces temps d’incertitude économique qu’on peut résumer par « pour aller mieux, empêchons l’autre d’aller bien ». Lors de la votation du 9 février dernier sur RIE3, j’avais déjà relevé que les opposants à la réforme, quel que soit leur bord, ne parlaient que des pertes. Pourquoi se remonter les bretelles pour créer de nouvelles richesses ne figurait-il pas dans les discours? Des défis extra-ordinaires, au sens propre, nous attendent : robotisation, blockchain, intelligence artificielle et deep learning… Dire qu’il faut réfléchir de manière positive sur comment créer des richesses – partagées par tous – plutôt que se demander comment on peut couper les têtes qui dépassent ne relève pas de la méthode Coué, mais d’une nécessité absolue.

17:54 Publié dans Economie, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.