27/06/2013

Un nouveau quartier de qualité : « yes, we can ! »

20090724_gare_eaux-vives.jpgL’adoption par le Conseil d’Etat, ce mercredi, du PLQ de la gare des Eaux-Vives, n’est évidemment pas une surprise mais c’est néanmoins une bonne nouvelle qui mérite que l’on s’y attarde.

Pour la Ville de Genève, c’est un projet d’aménagement d’une envergure (34’000m2 de superficie) comme il s’en présente peu – par la force des choses - et un nouveau quartier idéal à bien des égards : mixité logements et activités, équipements publics (crèches, équipements sportifs), activités culturelles (puisque ce sera le siège de la Nouvelle Comédie), voie verte et transports collectifs à portée de main.

Avec un bonus : le nombre de logements prévus dans ce PLQ, 310 au total, est supérieur d’environ 50 à celui imaginé par le PDQ (plan directeur de quartier). On ne peut que s’en réjouir !

Lors du vote de ce PLQ au Conseil municipal, j’avais toutefois, au nom du groupe démocrate-chrétien, émis quelques réserves, notamment par rapport au fameux ratio «un logement pour un emploi». Certains groupes ont souhaité graver ce ratio dans le marbre. De telles impositions de principe ont peu de sens ; ce sont des équilibres vers lesquels un projet d’aménagement doit tendre, pas des règles absolues. D’ailleurs, c’est la Ville qui, à l’occasion des toutes premières discussions sur le projet Praille-Acacias-Vernets (PAV), avait fait remarquer qu’une bonne gestion de l’urbanisme impliquait de veiller à une mixité d’emplois et de logements, notamment pour des questions de transports.

Autre bémol certain, le PLQ n’octroie qu’une demi-place de stationnement par logement. C’est une proportion extrêmement faible, dans un quartier où il manque 450 places depuis le temps de M. Ferazzino – ce chiffre avait été calculé par ses services à l’époque, on ne peut donc pas le taxer d’exagération. La présence des transports publics et du train (CEVA à la gare des Eaux-Vives) mitigent naturellement ce problème. Néanmoins, ce n’est pas en diminuant les équipements là où il y en a déjà peu que l’on résoudra le problème à long terme.

16:18 Publié dans Genève | Tags : ceva, eaux-vives, plq, aménagement | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Je suis heureux de vous entendre dire que des ratios imposés par principe font peu de sens !!! Je partage ce point de vue... Il me semble néanmoins que vous étiez moins virulente au sujet du ratio de densité minimum de 1.8 en zones de développement contenu dans la loi 10965. Pourtant, ce genre de ratio "gravé dans le marbre" des Tables de la Loi, est aussi issu de quelques obscurs calculs dont on ne sait d'où et de qui ils proviennent. Mais le résultat est le même: des ratios dogmatiques et absolus ne peuvent que desservir l'objectif commun et toute règle qui impose d'imaginer en permanence des moyens de la contourner est de ce fait une mauvaise règle.

Écrit par : Philippe Mathenet | 28/06/2013

Le ratio de 0.5 voiture par logement peut sembler peu, mais il faut voir ou nous sommes situés : en plein centre ville et à proximité immédiate de la gare des Eaux-Vives. Pourquoi tenez-vous absolument aux voitures ? N'est-il pas possible pour la majorité d'entre nous de vivre sans ?

Bien à vous !

Écrit par : Yannick | 30/06/2013

Les commentaires sont fermés.